Les inégalités dans l'actualité

Carte de défavorisation: «Ce n'est pas vrai que mes élèves se sont enrichis»

Marie-Eve Morasse
La Presse

Parents et enseignants s'inquiètent des effets qu'auront les changements apportés à la carte de défavorisation dans les écoles

Ce n'est pas parce que le quartier où est installée une école s'embourgeoise que les élèves qui la fréquentent s'enrichissent, dénoncent parents et citoyens. Ils entendent former des chaînes humaines devant plusieurs écoles ce matin pour rappeler que plusieurs d'entre elles sont privées de sommes substantielles maintenant qu'on juge qu'elles sont en milieu favorisé.

Patrick Trottier ne décolère pas. L'école primaire de Rosemont où il enseigne perdra, comme plusieurs autres, le financement qu'elle recevait en raison du milieu socioéconomique où elle est située, parce que le portrait du quartier a changé. « Ce n'est pas vrai que mes élèves se sont enrichis », dit-il.

Les effets se feront sentir sur le terrain. De deux orthopédagogues, explique l'enseignant, l'école passera à un. Dans les classes, le ratio maître-élèves sera augmenté. Comme dans toutes les écoles dites « régulières », il pourrait y avoir jusqu'à 26 élèves par classe en sixième année.

Voir l'article complet

Retour à la liste des nouvelles