Les inégalités dans l'actualité

Les heures invisibles

Rima Elkoury
La Presse

Combien de temps les femmes passent-elles chaque semaine à faire du travail invisible ? Combien de temps à jouer les mères-orchestres ? Les proches aidantes ? Les bénévoles ? Les stagiaires non rémunérées ?

Attention, la réponse pourrait vous choquer, nous avertit d'emblée le calculateur en ligne qui vient d'être lancé à la veille du 1er mai pour rendre un peu plus visibles toutes ces heures invisibles que les femmes, dans une proportion presque deux fois plus grande que les hommes, consacrent à du travail rarement reconnu à sa juste valeur.

C'est vrai que c'est choquant lorsqu'on y pense. Mais encore faut-il avoir le temps d'y penser, de se choquer et de revendiquer des changements... C'est bien là l'un des effets pervers du travail invisible, me dit Stéphanie Vallée, présidente de L'R des centres de femmes du Québec, à l'origine de cette campagne originale de sensibilisation sur le travail invisible. 

Voir l'article complet

Retour à la liste des nouvelles