L'Observatoire dans les médias

Éclairer avec des faits

Marianne Castelan
Quartier Libre

Le doctorant en science politique à l’UdeM Nicolas Zorn est à la tête du nouvel Observatoire québécois des inégalités. Officiellement lancé mi-mars, le laboratoire a pris ses quartiers à l’Université. Sa mission : rassembler la recherche liée aux inégalités au Québec et la diffuser, tout en maintenant une indépendance absolue face aux décideurs publics.

« Les défis sont certainement grands, importants, et ils méritent tout à fait d’être relevés », indique la professeure titulaire à l’École de relations industrielles de l’UdeM et membre du conseil d’administration de l’Observatoire, Tania Saba. Titulaire de la chaire BMO en diversité et gouvernance, Mme Saba mène des recherches dans des domaines proches de ceux abordés par l’Observatoire. Selon elle, celui-ci offrira de nouvelles possibilités intéressantes aux acteurs du débat public.

« L’Observatoire a une approche très originale, dans le sens où il revêt la caractéristique de ce qu’on appelle le Fact Tank », observe l’ancienne doyenne de la Faculté des arts et des sciences, précisant qu’il se distinguera des Think Tanks, ou groupes de réflexion, par son caractère objectif et neutre. La professeure précise que l’objectif, qui se concentrera sur les inégalités de revenus, d’opportunité et de qualité de vie, est de recenser les recherches et études scientifiques reposant sur des données probantes, sans avoir de parti pris.

Voir l'article complet

Retour à la liste des nouvelles